Scolarité au Luxembourg : comment choisir entre les différents systèmes éducatifs ?

Avec 50% de la population luxembourgeoise venue d’autres horizons, l’offre éducative au Grand-Duché s’est adaptée et présente de multiples possibilités. Vous pouvez ainsi choisir entre le système éducatif luxembourgeois, britannique, européen ou international… Tour d’horizon des critères à envisager avant de vous décider.
Continuité des programmes scolaires

Une des premières questions à vous poser est combien de temps vous pensez rester au Luxembourg. Car si vous projetez de déménager dans un autre pays d’ici quelques années, alors mieux vaut assurer la continuité des programmes scolaires en optant pour un enseignement qui pourra être poursuivi à l’international.

Langues : do you speak Luxembourgish ?

Autre critère à considérer pour scolariser vos enfants au Luxembourg : la langue d’enseignement envisagée pour eux. Si vous optez pour le système luxembourgeois, sachez que le cycle 1, pour les enfants de 3 à 5 ans est dispensé en langue luxembourgeoise. A partir de 6 ans les cours sont donnés en allemand, puis le français commence à être introduit à partir de 8 ans.

Ainsi, les parents français ou anglais natifs pourront préférer se tourner vers un système d’enseignement qui propose des cours dans leur langue. C’est le choix qu’ont fait Manon et son mari pour leurs enfants qu’ils ont inscrit à l’école française dès l’âge de quatre ans.

« Nous vivions déjà à Luxembourg-Ville depuis plus de 6 ans lorsque s’est posée la question de la scolarité de nos enfants. J’aurais aimé qu’ils puissent aller à l’école du quartier, juste en bas de chez nous à Bonnevoie mais comme je ne parle ni luxembourgeois ni allemand et que je voulais pouvoir suivre la scolarité de mes enfants, nous avons opté pour l’école française ».

Approche pédagogique

La perspective est peut-être encore un peu lointaine pour vos enfants mais n’oubliez pas que le choix du système éducatif conditionnera leur diplôme de fin d’étude.

Les deux plus répandus sont l’IB -International Baccalaureate- dont les écoles sont présentes dans une grande majorité des pays du monde (150 pays sur les 197 que dénombre l’ONU)  et le Baccalauréat français, dispensé dans le réseau des écoles françaises, dans 139 pays du monde. Alors, que vous partiez vivre en Grande-Bretagne, en Indonésie ou en Ukraine, ces deux systèmes sont garants de la cohérence dans la scolarité de vos enfants.  

Si leur renommée semble équivalente, leurs approches pédagogiques sont assez distinctes. Du côté français, l’approche pédagogique vise un socle commun de connaissances par le biais « d’un enseignement ouvert et rigoureux fondé sur la parfaite maîtrise des savoirs fondamentaux » tandis que pour le baccalauréat international les élèves sont davantage invités à travailler en mode projet, le programme prévoit ainsi « d’enseigner à penser de manière critique et indépendante, et à mener des recherches de façon organisée et logique ». 

Dès lors, il s’agit de choisir l’approche qui correspond le mieux à vos attentes. Pour Manon, le choix d’une scolarité plus « académique » pour ses enfants s’est imposé naturellement. « Je voulais qu’ils aient un bagage culturel français, qu’ils sachent qui est Rabelais » s’amuse-t-elle.

Mais alors quel système éducatif privilégier ?

Interrogée sur la question, Aurélie - directrice de la communication de l’école française de Toronto qui a vécu plus de dix ans à Luxembourg - formule cette réponse frappée au coin du bon sens : « les enfants sont susceptibles de mieux s’épanouir dans un système ou dans un autre, c’est le critère primordial ».  

Ainsi, n’oubliez pas que pour que votre enfant puisse disposer du plus large choix d’établissements possible en poursuivant des études supérieures, « la vraie porte d’entrée cela reste un bon dossier » affirme-t-elle, rassurante.

Le site du Gouvernement propose une excellente synthèse sur la scolarisation des enfants étrangers. N’hésitez pas à consulter l’ambassade de votre pays d’origine pour connaître les écoles internationales présentes au Luxembourg.

Besoin d'un conseil ?

Dans chaque région du Grand-Duché, un conseiller se tient à votre disposition pour vous offrir ses services et ses conseils éclairés en solution d’assurances.